Comment évalue -t- on la consommation e commerce des français ?

Comment évalue-t- on la consommation e-commerce des français ?

La consommation e-commerce a entraîné de nouveaux comportements d’achat. Les commerces ont intérêt à trouver les moyens pour satisfaire et fidéliser les cyberconsommateurs.

 Pourquoi la consommation e-commerce des français est-elle en baisse ?

Depuis 2011, la dépense moyenne  des français  sur internet passe de 90 Euros à 81 Euros. Un petit effet crise est constaté.  Les cyberconsommateurs freinent leurs dépenses et ont tendance à reporter les gros achats. De leur côté, les magasins physiques font en sorte de baisser les prix  pour concurrencer son homologue vente en ligne.

le-cyberconsommation.jpg

A cet effet,  des produits électroménagers, des postes téléviseurs et consorts sont achetés davantage en commerce physique au détriment d’e-commerce. La consommation e-commerce a un peu souffert à cause de la stratégie des magasins physiques qui ont su profiter des nouveaux comportements d’achat des cyberconsommateurs.  

Comment les marques peuvent-elles relancer la consommation e-commerce des français ?

L’e-commerce prend de plus en plus de place dans l’habitude des consommateurs. Il est constaté une croissance constante de la pratique de ce mode d’achat en ligne. Deux tendances se font sentir à propos de la consommation e-commerce dont (i) la consultation en ligne du produit, la réalisation de l’achat   à un autre moment dans un autre endroit et (ii) la consultation en ligne, le test du produit  au magasin avant de réaliser l’achat ou consultation des avis des pairs sur internet, comparaison, recherche de meilleur prix.

Il s’agit pour les marques d’opter pour des segments porteurs pour relancer encore mieux  la consommation e-commerce. Il faut écouter les attentes des cyberconsommateurs,  et puis il faut travailler sur l’offre, sur la qualité des produits  à marque propre et surtout il faut soigner l’image de marque. C’est une stratégie efficace pour rester  dans la mémoire des cyberconsommateurs, car les millions de références disponibles risquent de perturber leur choix.

Author: Robin Delahaye

Share This Post On